“Je ne crains aucun mal” Déclaration de Candidature

“Je ne crains aucun mal”

Déclaration de candidature pour être

Le Président des États-Unis

Emanuel Pastreich

Independent

24 février 2020

Image for post

Il y a des tournants dans l’histoire si dramatiques, voire bouleversants, que nous devons exiger plus qu’une adaptation progressive, nous devons exiger une profonde restructuration fondamentale de chaque aspect de notre société.

Ce moment est un moment important et je déclare ma candidature à la présidence des États-Unis non pas parce que je désire les avantages qui accompagnent ce poste, des avantages qui sont devenus de plus en plus criants au fur et à mesure que notre institution s’est désintégrée, mais parce qu’il n’y aura aucun espoir de stopper la désintégration de la clé de voûte de notre nation si ceux qui ont le plus bénéficié de nos meilleures traditions ne sont pas prêts à se lancer dans la bataille.

L’heure est venue d’une politique fondée sur la vérité, et non sur un appel au caprice ou aux émotions fugaces. Nous ne pouvons pas détourner notre regard de la profonde décadence morale qui a terrassé nos États-Unis bien-aimés. Nous devons combiner une profonde empathie pour les souffrances des gens ordinaires avec une vision inspirante de ce que ce pays pourrait être.

Cette campagne ne vous offre pas de fausses promesses scintillantes. Tant que nous n’aurons pas rétabli un discours politique honnête et un gouvernement qui défend un idéal, et met en œuvre cet idéal, les promesses faites par les hommes politiques, qu’ils se disent “conservateurs” ou “progressistes”, ne signifieront pas grand-chose.

Aujourd’hui, notre gouvernement, notre journalisme, nos établissements d’enseignement, nos communautés et nos familles sont tous au bord de l’effondrement. Perdus dans l’illusion, nous ne pouvons même pas nous résoudre à affronter le désert qui s’étend devant nous.

Tout ce que je vous demande, c’est cela : Nous devons lutter ensemble pour construire des institutions participatives dans chaque quartier qui permettront à nos citoyens d’établir les idéaux, de façonner les habitudes et de préparer les politiques qui formeront les bases sur lesquelles nous allons reconstruire cette république.

Si nous ne pouvons pas former des communautés, si nous ne pouvons pas nous considérer comme autre chose que des objets à utiliser, à exploiter pour le profit, aucun degré de réforme politique au plus haut niveau ne peut nous sauver.

Les citoyens d’aujourd’hui ne sont plus des citoyens, mais de simples consommateurs qui sont nourris par la force de fantasmes préemballés par des entreprises de relations publiques, des entreprises engagées par les mêmes sociétés qui versent de l’argent à chaque politicien.

Les médias corrompus nous apprennent que nous n’avons qu’un rôle d’observateur et que nous n’avons pas d’autre choix que d’envoyer de l’argent à des politiciens qui ne nous rencontreront jamais, ne nous représenteront jamais, ni même ne répondront à nos appels téléphoniques. Les médias, contrôlés par une poignée de puissantes entreprises, font tout pour nous convaincre que nous devons chercher des magiciens pour résoudre nos problèmes à notre place, et que nous devons éviter les dirigeants qui pourraient nous inspirer pour construire une société meilleure de nos propres mains. Il n’y a pas de voie vers un bon gouvernement tant que nous ne commençons pas à le construire de nos propres mains.

Comme l’a écrit Frederick Douglass, « Ceux qui seraient libres doivent eux-mêmes porter le coup ».

Cette campagne pour la présidence ne vise pas à me faire connaître. Il serait préférable de créer notre propre journalisme citoyen plutôt que de ramper devant le marécage médiatique fétide qui nous demande d’en être les esclaves. Ces médias sont unanimes dans leur mépris pour moi — et je me réjouis de leur mépris.

Je ne vous demande pas seulement de voter en novembre. Je vous demande de vous joindre à notre lutte pour transformer les États-Unis, et de travailler avec nous, chaque jour. Vos efforts créeront les liens qui unissent les citoyens à un gouvernement responsable. Si nos organisations de quartier ne sont pas démocratiques et participatives, elles ne pourront pas soutenir une démocratie nationale.

Que ce soit les vastes prisons remplies d’innocents, les infrastructures délabrées qui condamnent nos enfants à la misère ou la promulgation d’une culture de consommation et d’indulgence qui a détruit les vertus de la frugalité, de la modestie et de l’humilité, l’heure est vraiment tardive.

Cette république devrait fonctionner comme une horloge délicate, répondant de manière prévisible aux besoins des citoyens. Mais que faire si le ventilateur de l’horloge est encrassé, si sa roue d’échappement est cassée ou si son marteau de percussion est déformée ?

Laisserons-nous l’horloge dans cet état, sachant qu’elle va ralentir, pour finalement s’arrêter de façon irréparable ? Ou bien mettrons-nous l’horloge en pause pendant un certain temps, et nettoierons-nous l’ensemble de la tête aux pieds, en la réparant et en l’améliorant ? Cette dernière approche risque de provoquer une tyrannie. Mais la première la garantit pratiquement. Mieux vaut se préparer à une opération dangereuse, mais critique, que d’assister dans une oisiveté laxiste à l’effondrement de la république.

Lorsqu’il devient douloureusement évident qu’un long train d’abus et d’usurpations naît de la poursuite du despotisme absolu, il devient alors notre droit, et notre devoir, de trouver de nouveaux gardiens pour la sécurité future du peuple.

Permettez-moi de suggérer deux principes fondamentaux qui sous-tendront toute action future :

La recherche scientifique de la vérité

La démocratie est le processus par lequel les besoins et la sagesse du peuple sont convertis en politique. Mais si le peuple est induit en erreur, s’il est confronté à un journalisme déformé et enjolivé, si on lui apprend à être auto-indulgent et ainsi à se désintéresser de la gouvernance, alors nous serons une démocratie sans peuple. Si le débat sur la politique n’est pas fondé sur la vérité, alors nous aurons une démocratie imaginaire. Cependant, et c’est là le plus difficile, la vérité n’est jamais démocratique. Si nous votons pour déterminer ce qui est vrai, alors nous aurons déjà mis le doigt dans une psychose ordonnée et bien trop

raisonnable.

Nous chercherons la vérité sur la pauvreté dans notre pays et ses causes, sur les motivations des guerres étrangères que nous menons, sur le déclin de l’éducation et des communautés, et nous vous encouragerons, nous vous soutiendrons, alors que vous irez enquêter sur votre quartier, et nous vous aiderons à trouver en vous le courage moral de formuler, puis de mettre en œuvre, des solutions.

La mise en place d’un gouvernement qui est, pour citer le président Abraham Lincoln, “du peuple, par le peuple et pour le peuple” est notre objectif. Cet objectif ne peut être atteint par l’élection d’une seule personne ou par l’adoption d’un seul projet de loi. Il ne sera possible qu’à la suite d’un changement profond de notre culture et de nos habitudes.

Nous ne vous offrons pas l’illusion de l’or pour vous distraire du transfert massif de richesses des gens ordinaires vers des gens fortunés, sanguinaires et malhonnêtes. Nous vous dirons la vérité et nous ne craindrons aucun mal. Ce n’est qu’alors que nous pourrons mettre fin à ces guerres sans fin, ce n’est qu’alors que l’exploitation impitoyable des gens ordinaires aux États-Unis prendra fin.

Un gouvernement pour le peuple

La Constitution des États-Unis établit un modèle de gouvernement qui représente le peuple, et non les puissants. Le processus de construction de cette république a été imparfait, entaché par les crimes de l’esclavage et marqué par le massacre des indigènes. Néanmoins, nous pouvons encore apercevoir la flamme de la Constitution qui brille derrière l’édifice brisé qui subsiste.

Le moment est venu de réinventer le gouvernement, non pas comme un gadget de relations publiques financé par les entreprises ou comme une passerelle pour les entrepreneurs en quête de profits, mais comme quelque chose qui protège le bien-être du peuple et défend ceux qui s’opposent aux puissants.

La concentration radicale des richesses, l’effondrement catastrophique de notre environnement, et la course insensée au militarisme comme voie d’accès aux richesses, ces crimes ne peuvent être considérés comme des sujets de discussion entre gens polis aujourd’hui. Ceux qui sont censés nous diriger, préfèrent s’envelopper dans une couverture cousue de lâcheté et d’hypocrisie, et appliquer la devise des trois singes (on ne voit rien, on n’entend rien et on ne dit rien).

Mais ce choix du silence a un terrible coût caché. Notre jeunesse est entourée de cauchemars, dans les rudes chaînes de montagne d’Afghanistan ou dans les couloirs humides du Centre Médical Walter Reed, où nos jeunes gisent dans leur propre urine en essayant de reconstituer un esprit fragmenté, ou dans les cellules des prisons privées où ils fixent toute la journée des murs vides.

Apportons une lueur d’espoir à ceux qui doivent constamment accepter des tâches misérables, jour et nuit, pour nourrir leurs enfants. Faisons leur savoir qu’un gouvernement sera créé, qui placera leurs intérêts au centre du programme national. Faisons leur savoir que nous n’avons pas peur d’appeler l’esclavage, l’esclavage et que nous n’avons pas peur d’appeler la guerre, la guerre !

La vérité continue de triompher

En toute humilité et en douceur, avec de la patience et de l’indulgence, avançons ensemble. Notre campagne doit être parfois conflictuelle, mais elle sera toujours enracinée et fondée sur l’amour. Nous exigerons que les riches qui se rassemblent par vanité voient leurs richesses diminuées et que ceux qui se rassemblent par le travail soient augmentés. Nous ferons comprendre à tous que les choses les plus précieuses sont précisément celles qui sont invisibles : les valeurs fondamentales qui nous guident, en tant qu’individus, en tant que groupes et en tant que nation, à nous sacrifier volontiers, non seulement pour le bénéfice de l’ensemble, mais aussi pour la poursuite de la vérité.

Les dégâts causés à notre environnement par le pétrole et le plastique, les trillions de dollars déversés au large par les riches, la manière dont Internet est utilisé pour nous réduire à des animaux de base sans aucun contrôle de soi, ces faits, et bien d’autres encore, seront rendus manifestes pour que tous puissent voir qu’ils font partie de cette grande transformation. En vérité, chers concitoyens, la vérité vous rendra libres.

Emanuel Pastreich

2020

Plate-forme en dix-sept points

1)

Nous ne reconnaîtrons aucune élection qui ne soit pas équitable

Le système électoral actuel est si corrompu qu’il est dénué de sens. Le candidat qualifié n’est pas autorisé à figurer sur le bulletin de vote, et ses idées et activités sont bloquées par un média qui refuse aux citoyens l’accès à des informations critiques. Les votes sont comptés à l’aide de systèmes informatiques conçus pour être piratés, ne laissant aucune trace du choix sacré du peuple. Les régions habitées par les pauvres sont dotées de si peu de machines à voter que les mères et les pères fatigués doivent faire la queue pendant des heures, frissonnant à la tombée de la nuit.

Nous ne pouvons reconnaître comme légitime une élection à la présidence, ou à tout autre poste, tant que la nation n’a pas organisé une élection supervisée au niveau international, dans laquelle chaque citoyen se voit garantir le droit de vote d’une manière facilement vérifiable, et où chaque candidat qualifié peut présenter sa politique directement au peuple. Toute l’élection doit se dérouler de manière transparente et la publicité commerciale doit être interdite.

Nous n’avons pas des élections légitimes, mais nous avons l’obligation morale de rejeter tout ce processus. Je ne crains pas qu’en me présentant aux élections présidentielles, aucun homme riche ne me finance, aucun parti politique ne me soutienne. Nous savons que les élections de 2020 seront tellement frauduleuses que nous ne pouvons pas accepter les résultats, ni reconnaître ceux qui prétendent avoir gagné. De plus, ceux qui sont “élus” prouveront bientôt qu’ils ne représentent pas “nous le peuple”, dans aucun sens du terme. Nous, le peuple, attendrons la tenue d’une élection légitime, à laquelle les candidats, comme moi, seront autorisés à participer.

2)

Le changement climatique est LA menace pour la sécurité ;

La réponse doit concerner tous les aspects de la politique intérieure et étrangère

Un engagement total en faveur d’un plan étalé sur cent ans pour l’atténuation du changement climatique et l’adaptation à celui-ci doit être au centre de toute politique sécuritaire, économique et éducative des États-Unis. Nous devons consacrer toutes les ressources, en nous engageant à l’équivalent d’une économie de guerre, afin de réduire à zéro l’utilisation du pétrole et du charbon dans un délai de deux à trois ans.

Le gouvernement mettra en place des directives qui exigeront la réduction rapide de l’utilisation des combustibles fossiles, qui mettront fin à l’utilisation des voitures particulières et qui limiteront l’utilisation des avions. Nous financerons l’installation de générateurs d’énergie solaire et éolienne dans chaque quartier. Tous les droits de propriété intellectuelle de ces technologies seront réquisitionnés par le gouvernement à cette fin. La modernisation de tous les bâtiments pour qu’ils n’émettent presque pas de carbone sera entreprise immédiatement, y compris l’isolation maximale de toutes les maisons dans un délai de deux mois. Le gouvernement le fera en recourant à des prêts sur cinquante ans qui rendront les énergies renouvelables moins chères que les combustibles fossiles.

Nous mettrons un terme à toutes les subventions pour le pétrole, le charbon et l’uranium. Ces combustibles seront désignés en tant que substances réglementées qui ne pourront être vendues à des fins lucratives.

L’armée se convertira à une énergie 100 % renouvelable plus rapidement que le reste du pays et elle passera ainsi du plus grand ennemi de l’environnement à son plus puissant défenseur. Les avions de chasse polluants et les porte-avions obsolètes seront immédiatement mis à la casse sans que l’on se préoccupe des profits qu’ils pourraient générer pour les entreprises. Ceux qui risquent de perdre leur emploi se verront garantir un emploi dans des projets d’énergie renouvelable.

Les sociétés pétrolières et gazières ont gagné des trillions de dollars en déversant des substances dangereuses sur des citoyens qui savaient pertinemment qu’elles détruisaient l’environnement. De telles actions sont criminelles en vertu de la loi. Les actifs de ces sociétés, et de leurs propriétaires, seront saisis par le gouvernement et utilisés pour financer la transformation de notre économie.

Le gaspillage de l’énergie, de la nourriture et des ressources naturelles sera reconnu pour l’abomination qu’il représente et ne sera jamais promu comme symbole d’une vie meilleure.

Le gouvernement supervisera la création de communautés urbaines et suburbaines véritablement durables et entreprendra la restauration des zones sauvages pour assurer la biodiversité. Il faudra pour cela démolir les centres commerciaux, les parkings, les usines et les autoroutes qui ont déboisé nos forêts sacrées et nos précieuses zones humides.

3)

Éliminer les armes nucléaires par tous les moyens nécessaires

L’humanité est confrontée à un risque sans précédent de guerre nucléaire, rendu encore plus grave par la promotion de mini-dispositifs nucléaires “utilisables”. Nous nous engagerons à éliminer ces armes dangereuses de la Terre, aussi douloureux que soit ce processus. Pour le bien de nos enfants, nous confisquerons et détruirons par la force toutes les armes nucléaires, d’abord aux États-Unis, puis dans toutes les autres nations du monde. Nous travaillerons avec des groupes de citoyens engagés dans leur pays et à l’étranger, au sein du gouvernement et à l’extérieur. Le développement des armes nucléaires doit être arrêté.

4)

Lancer des enquêtes scientifiques internationales sur le passé que tant de personnes refusent d’affronter

Nous ne pourrons pas faire face à la menace du changement climatique et de la guerre nucléaire tant que nous ne nous serons pas débarrassés de la culture du déni qui nous a saisis ces vingt dernières années. Nous devons mener une enquête sans peur sur les actions entreprises par un petit groupe d’hommes puissants après les élections de 2000, y compris l’incident dit du “11 septembre”.

La puissance de la méthode scientifique doit être utilisée par les équipes internationales de “vérité et réconciliation” pour révéler l’histoire honnête à nos citoyens et au monde entier. Il ne devrait y avoir aucune limite à la portée de l’enquête. Compte tenu de la gravité de l’affaire, tous les documents concernés doivent être déclassifiés. Nous ne devons pas non plus nous contenter de récits simplistes qui n’accusent qu’un groupe ou un autre. Nous avons bien résolu le crime du « Meurtre de l’Orient Express ».

5)

Ramener l’armée américaine au pays et moderniser les Nations unies

Les États-Unis doivent rapatrier les troupes déployées dans le monde entier, des troupes souvent exploitées dans des entreprises mercenaires pour servir les intérêts des riches. Nous devons être prêts à nous battre, et à mourir, pour une véritable sécurité internationale, mais uniquement dans le sens le plus strict défini par la Charte des Nations unies. Il vaudrait mieux risquer notre vie dans la noble bataille contre les forces de la cupidité pour protéger le sol sous nos pieds, pour s’assurer que les eaux pures de nos océans ne sont pas empoisonnées et pour préserver les forêts à perpétuité que de mener ces guerres inutiles.

Les Nations unies doivent être le principal espace où nous planifions l’avenir de notre fragile planète, puis le mettons en œuvre. Mais cela ne peut se faire que si cette institution fait l’objet d’une réforme complète qui lui permette de représenter les citoyens de la Terre sans l’ingérence des entreprises ou de riches individus.

6)

Les entreprises ne sont pas des personnes ;

Les riches n’ont qu’une seule voix

Les entreprises ne sont pas des personnes et elles n’ont aucun rôle à jouer dans l’élaboration des politiques. Il en va de même pour les super-fortunés et pour les banques d’investissement par l’intermédiaire desquelles elles exercent leur volonté. Les informations dont ont besoin les décideurs politiques doivent être fournies par des fonctionnaires, des professeurs et d’autres experts qui ont passé leur vie à évaluer objectivement l’état actuel de notre pays sans être soumis à des pressions pour en tirer des bénéfices.

Les riches ne sont que des gens. Ils n’ont pas plus de droits que les autres. Ils ne devraient pas avoir un rôle particulier dans la détermination de la politique. Ceux qui utilisent de l’argent, directement ou indirectement, pour influencer la politique sont engagés dans la corruption et les pots-de-vin ; ne cachez pas cette criminalité en utilisant les termes inoffensifs de “consultation” et de “lobbying”.

Nous devons renforcer la fonction publique afin que le gouvernement retrouve son indépendance vis-à-vis des entreprises et puisse mettre en place des systèmes réglementaires stricts pour protéger la population. Nous l’avons fait par le passé et nous pouvons le faire à nouveau. Dans ce processus, de nombreuses entreprises, telles que les banques ou les sociétés de communication et d’énergie, seront nationalisées et dirigées par un personnel compétent de fonctionnaires dont la mission sacrée est le bien commun. Cette gouvernance éthique a des précédents qui remontent à l’Antiquité et ne nécessite pas de décorations idéologiques.

7)

Une économie du peuple et pour le peuple

Sans l’égalité économique et la stricte réglementation des finances, la démocratie n’est pas possible. Pendant que nous dormions, une faction d’élite a amassé de grandes richesses par des moyens illégaux et immoraux pendant des décennies, puis les a cachées à l’étranger. La plupart de nos citoyens ne peuvent même pas concevoir la corruption qui s’est répandue partout derrière les façades étincelantes de l’industrie et du gouvernement.

Tout cela va s’arrêter. Nous donnons des pouvoirs à des milliers d’auditeurs professionnels de l’Internal Revenue Service et d’autres bureaux gouvernementaux qui, avec le soutien du FBI, iront de l’avant et mèneront sans crainte des audits complets de toutes les branches du gouvernement, y compris le ministère de la défense. Nous exigerons un audit financier complet du Congrès et de tous ses membres. L’ensemble du pouvoir exécutif et tous les principaux membres du pouvoir judiciaire seront également soumis à un audit. Nous n’aurons pas peur de licencier, d’infliger des amendes et d’emprisonner des milliers de personnes, voire plus, si nécessaire.

Une fois que le gouvernement se sera à nouveau concentré sur les préoccupations de nos honorables citoyens, nous ferons de même pour les entreprises et pour les super-fortunés.

N’oubliez pas que ceux qui roulent dans la richesse obscène l’ont obtenue par un accès injuste au capital combiné à des pratiques commerciales illégales. Leurs avoirs doivent être réduits à leur plus simple expression afin qu’ils ne puissent plus utiliser ces fonds pour affaiblir le journalisme, la politique ou l’éducation. La finance sera désormais un domaine hautement réglementé, principalement contrôlé par des organisations gouvernementales responsables devant le peuple. Les banques régionales seront transformées en coopératives gérées par les citoyens pour le bien de l’économie locale.

8)

Soutenir une véritable éducation et le journalisme d’investigation

La politique ne peut être légitime si nos citoyens se voient refuser l’accès à l’éducation de qualité dont ils ont besoin pour réfléchir de manière critique à l’état de notre société et pour utiliser pleinement l’infini potentiel enfermé dans leur imagination. Ils doivent apprendre l’histoire et la littérature, la philosophie et les sciences, dès leur plus jeune âge, afin de pouvoir comprendre les questions complexes de notre génération.

Nous allons créer un nouveau système d’éducation dans lequel tous les citoyens seront traités sur un pied d’égalité. Les fonds destinés aux écoles ne seront jamais liés aux taxes foncières locales. Les enseignants seront aussi bien récompensés que n’importe quel membre de la société. Chacun aura droit à une éducation de qualité car nous attendons de chacun qu’il soit un citoyen actif.

Le journalisme est un prolongement de l’éducation. Le journalisme doit informer nos citoyens sur des questions réelles, et non sur des événements à sensation, et il doit leur apprendre à réfléchir de manière critique aux réalités économiques et culturelles qui se cachent derrière la surface des choses. Malheureusement, le journalisme a dégénéré en une boue honteuse qui remplit les journaux, les émissions de télévision et les affichages sur Internet d’images grotesques et de phrases joyeuses, un contenu qui fait appel à nos pires anges.

Alors que les citoyens devraient apprendre à penser objectivement et à travailler ensemble pour créer une société meilleure, ils sont plutôt bombardés de déchets qui stimulent le désir sexuel ou encouragent la consommation inconsidérée.

Le gouvernement doit soutenir un média indépendant au niveau local et national qui se consacre à la recherche de la vérité et qui encourage les citoyens à penser par eux-mêmes. Le journalisme d’investigation sur les questions graves de notre temps, le journalisme courageux, doit redevenir une carrière viable.

L’art, qu’il s’agisse de peinture, de sculpture, de design, de théâtre, de musique ou de littérature, doit faire partie de la vie de nos citoyens. Le gouvernement soutiendra de telles activités parce qu’elles donnent aux citoyens la confiance nécessaire pour s’exprimer et pour formuler une vision de notre avenir par eux-mêmes, sans se fier aux images brillantes ou aux phrases désinvoltes relayées par les médias d’entreprise.

Encourager l’expression artistique libérera les jeunes de la culture banale et manipulatrice à laquelle ils sont confrontés aujourd’hui, une culture qui les oriente vers des plaisirs à court terme et les prive de la capacité de contribuer à leur société. Leur donner la possibilité de réaliser leurs propres films, leurs propres journaux et leurs propres peintures et photographies, tout en étant payés un salaire décent pour ce travail, leur donnera confiance en leur capacité à changer la société. Nous remplacerons l’art commercial banal et dégradant par l’art rédempteur et inspirant de nos citoyens.

9)

Le 13ème amendement et la fin de l’esclavage

Le 13ème amendement de notre Constitution interdit explicitement l’esclavage. Pourtant, nous avons des citoyens, dont beaucoup sont endettés par des pratiques méprisables, qui travaillent dans des usines et des magasins en tant qu’esclaves efficaces. Nous avons des citoyens qui sont en prison, souvent sur la base de fausses accusations, obligés de travailler sans salaire, obligés de payer pour avoir le droit de voir leurs proches. Tous ces crimes sont commis au profit des entreprises. Il sera mis fin à ces pratiques méprisables, sans exception, par l’application rigoureuse du 13ème amendement.

10)

Le commerce doit être écologique et véritablement libre

Le commerce peut être utile à l’occasion, mais tel qu’il est pratiqué aujourd’hui, il est profondément préjudiciable à notre précieux écosystème et à notre population. Le commerce est devenu un autre mot pour désigner les énormes porte-conteneurs, contrôlés par les banques d’investissement, qui dégagent une fumée horrible lorsqu’ils transportent des marchandises à travers les océans dans l’intérêt de quelques personnes, et non de ceux qui fabriquent les marchandises ou de ceux qui les utilisent.

Ce n’est pas un signal positif, et ce n’est certainement pas l’internationalisation, que les industries et les exploitations agricoles locales soient détruites par le “commerce” et que les citoyens soient rendus dépendants des biens importés contre leur volonté.

Nous devons, ensemble, repenser complètement ce que signifie le commerce et créer un système de libre-échange à 100 % des combustibles fossiles, accessible à tous et respectant les besoins des communautés locales.

11)

La décadence morale est au cœur de cette crise politique

La crise actuelle est avant tout une crise spirituelle. Nous sommes tombés dans la décadence et le narcissisme. Ils découragent même ceux qui ont les meilleures intentions. La modestie, la frugalité et l’intégrité ont disparu de notre vocabulaire. Le monde intérieur invisible des valeurs et du caractère a été remplacé par un spectacle qui fait du citoyen un consommateur passif de mauvaises choses.

Tant que nous ne pourrons pas contrôler nos propres actions et, seulement à ce moment-là, former des communautés capables de demander justice et droiture, tant que nous ne pourrons pas faire confiance à nos voisins, parler franchement avec nos enfants et défendre des valeurs communes, nous serons incapables de tenir tête aux puissances qui ont pris le contrôle de notre pays.

La corruption morale signifie que beaucoup de ceux qui parlent de “liberté” et de “justice” sont si heureux d’accepter des paiements secrets qu’ils évitent de dire trop de vérité. Cela aussi doit cesser.

12)

Transformer le complexe militaro-intelligent

L’armée hors de contrôle permet aux entreprises de prendre l’argent de nos impôts et de le transférer directement sur leurs comptes bancaires par la vente d’armes hors de prix, non soumises à un examen extérieur ou à des tests scientifiques.

Nous avons besoin d’hommes et de femmes prêts à donner leur vie pour leur pays. Ces nobles sentiments ont été cyniquement mal orientés. L’armée, et la “communauté” du renseignement qui l’entoure comme une pénombre, doit être transformée et consacrée, avant tout, à l’atténuation du changement climatique et à l’adaptation à celui-ci, ainsi qu’à d’autres menaces réelles pour la sécurité.

La bravoure des soldats doit être réorientée vers le dangereux devoir de mettre fin à la domination de notre pays par les géants des combustibles fossiles, et leurs laquais, et vers la tâche de transformer notre économie. Soldats ! Si vous ne pouvez pas résister aux tsars de l’énergie, comment pouvez-vous vous qualifier de courageux ?

En violation de la mise en garde de George Washington sur les dangers de “mêler notre paix et notre prospérité” aux intentions des pays étrangers, nous nous sommes lancés dans de nombreux traités secrets, appelés au hasard “partage de renseignements” et “coopération en matière de sécurité”, qui nous conduisent à une catastrophe comme celle de 1914. À l’époque, ces traités secrets ont déclenché un horrible effet domino qui a entraîné le monde dans une guerre catastrophique.

Vous tous qui travaillez à des postes contractuels sous-payés pour la NSA, vous tous qui devez lire nos courriels interminables, vous tous qui devez harceler des gens simples pour des choses stupides pour des sociétés sans intérêt, écoutez-moi ! En vérité, je vous dis : “Venez avec nous ! Tu n’as rien à perdre, sauf tes chaînes. »

13)

Mettre fin à l’influence dangereuse de la technologie sur nos citoyens

Les médias d’entreprise présentent l’évolution exponentielle de la technologie comme un point positif absolu. Pourtant, dans la plupart des cas, l’exposition à ces nouvelles technologies nous prive de la capacité de nous concentrer, du pouvoir de penser par nous-mêmes et de la conscience nécessaire pour fonctionner en tant que citoyens dans la société. La technologie est de plus en plus utilisée comme un moyen d’induire en nous une dépendance à la stimulation à court terme. De tels produits génèrent des profits, mais ils rendent les citoyens incapables de comprendre la gravité de la crise à laquelle nous sommes confrontés.

Nous voulons interagir avec les autres, et nous avons besoin d’emplois qui nous permettent de coopérer avec les autres. Mais tout ce que nous rencontrons, ce sont des messages enregistrés, des caisses automatiques et de longues rangées de superordinateurs qui calculent froidement les bénéfices des entreprises. Nous nous retrouvons entièrement seuls dans un désert numérique. Ce n’est pas un accident mais plutôt un crime prémédité.

Nous devons analyser de manière critique l’impact de la technologie sur la société avant de l’utiliser. La technologie peut être immensément utile, mais seulement si elle est appliquée pour résoudre les véritables défis de notre époque, et non utilisée pour nous manipuler.

La compréhension scientifique de l’état de notre Terre, et de notre société, doit toujours être notre objectif. Nous confondons la science et la technologie à nos risques et périls. Comme l’a écrit Paul Goodman, “qu’elle s’appuie ou non sur de nouvelles recherches scientifiques, la technologie est une branche de la philosophie morale, et non de la science ».

14)

Mettre un terme aux campagnes anti-intellectuelles pour nous abrutir

Nos citoyens sont soumis à des campagnes sans fin qui encouragent les sentiments anti-intellectuels et qui découragent une réflexion approfondie sur le monde. Ces changements dans notre culture ne sont pas naturels, mais sont imposés par des forces cachées qui cherchent à nous rendre dociles.

Nous devons élever le niveau d’engagement intellectuel dans tous les coins de notre pays, et encourager les gens à penser par eux-mêmes et à proposer leurs propres solutions. La lecture, l’écriture et le débat sont essentiels à ce processus et doivent être encouragés. Les citoyens ne devraient jamais se fier aux opinions faciles et simplistes offertes par les célébrités.

Nous ne pouvons pas permettre à la forêt toxique des entreprises de publicité et de relations publiques d’abrutir les citoyens, d’imposer d’en haut une culture du narcissisme et de promouvoir le culte insidieux du soi. Les dommages qu’elles ont déjà causés sont en effet terribles. Nos citoyens sont confrontés à un banal désert qui n’offre rien, mais qui a pris le contrôle de toutes les chaînes de télévision, occupé tous les centres commerciaux et conquis tous les bureaux.

L’industrie de la publicité et des relations publiques doit être soumise aux réglementations les plus strictes afin que nos citoyens soient exposés à des images dans les médias qui encouragent l’engagement intellectuel et qui soutiennent une communauté saine. Les citoyens ont le droit de lire des articles et de regarder des émissions qui décrivent la réalité de nos vies de manière scientifique, et le droit de ne pas être soumis à des programmes qui présentent comme un modèle des scènes de la vie indulgente des riches.

15)

Faire revivre le principe iroquois de sept générations ;

Mettre fin au culte de la croissance et de la consommation

Bien que la constitution de la nation iroquoise ait eu une profonde influence sur la constitution des États-Unis, l’accent mis sur la durabilité a été tragiquement négligé par nos pères fondateurs. Les traditions des Iroquois, et des autres nations autochtones, ne doivent jamais être oubliées. Le principe de la “septième génération” de la nation iroquoise exige que nous examinions comment nos décisions d’aujourd’hui influenceront la vie de nos descendants pendant sept générations à l’avenir. Ce principe est scientifique et rationnel, et il contraste fortement avec l’hypothèse irrationnelle selon laquelle les océans, les forêts et les prairies sont des marchandises qui appartiennent à des individus ou à des sociétés, et qui peuvent être détruites à des fins de profit personnel.

Le principe de la “septième génération” doit être ajouté à la Constitution en tant qu’amendement, servant de base à la réévaluation complète de nos hypothèses économiques et culturelles.

Nous devons cesser d’utiliser des termes trompeurs comme “croissance” et “consommation” pour évaluer le bien-être de la nation. Nous devons considérer ensemble la santé de tous nos citoyens, le bien de l’environnement et la prospérité des animaux et des plantes sauvages.

La coopération est essentielle à notre survie. Nous ne pouvons pas résoudre les problèmes par le biais des budgets si ceux-ci ne font qu’encourager la dépendance à l’égard de l’argent. Nous devons créer des systèmes de troc entre citoyens afin que les voisins puissent s’entraider et mettre en place des programmes de soutien mutuel qui rendent les familles et les communautés autosuffisantes.

Les soins de santé ne peuvent pas être fournis simplement en faisant passer l’argent du gouvernement d’un compte à l’autre. Nous devons également donner aux citoyens les moyens de s’entraider, d’apprendre suffisamment de médecine, de plantes médicinales et d’exercice physique, pour qu’ils puissent soigner eux-mêmes de nombreuses maladies sans utiliser d’argent du tout.

16)

Une agriculture au service de la population et une économie alimentaire saine et équitable

L’augmentation rapide de la température provoquée par le réchauffement climatique va entraîner une hausse exponentielle du coût des denrées alimentaires au cours de la prochaine décennie et faire de l’agriculture, une fois de plus, l’activité la plus critique pour la survie. Nous n’avons même pas commencé à nous préparer à cette catastrophe.

Nous devons laisser derrière nous ce système d’agriculture industrielle en faillite et revenir à une agriculture par le peuple et pour le peuple. Les terres doivent être distribuées à un grand nombre de citoyens pour être utilisées comme des exploitations familiales. Il n’y a rien à déplorer ou à décrier dans ce domaine. Le sol et l’eau que nous a accordés notre mère la Terre n’ont jamais été, et ne seront jamais, la propriété de sociétés.

L’ensemble du système de distribution pour l’agriculture doit être réglementé et donc rendu équitable. Il est bien plus important de produire des denrées alimentaires de manière à ne pas endommager nos sols et nos eaux que de permettre à une minorité de faire fortune grâce aux exportations agricoles. Les Américains doivent adopter l’agriculture biologique durable, et ce dès maintenant.

17)

Ni le Parti républicain ni le Parti démocrate ne sont mentionnés dans la Constitution

Le cirque de la mise en accusation sur trois pistes nous a révélé que le système politique actuel n’a rien à voir avec la Constitution. La gouvernance est morte et la politique a été réduite à une bagarre entre les lobbyistes des entreprises, les banquiers d’affaires, les experts des médias et les riches qu’ils servent. Les médias, qui ont depuis longtemps abandonné tout soupçon d’intégrité journalistique, ne font que jeter des œufs sur les lutteurs comme une foule ivre.

Tout débat sur l’élaboration et la mise en œuvre d’une politique doit être mené de manière transparente au sein des services gouvernementaux définis par la Constitution.

Pourtant, aujourd’hui, la politique est élaborée par des entreprises ou débattue au sein de partis politiques opaques et non responsables, d’une manière manifestement inconstitutionnelle. Ne vous laissez pas tromper. Le Parti démocrate et le Parti républicain ne sont pas

mentionnés dans la Constitution et ils ne représentent pas la grande majorité de nos citoyens.

Laisser des décisions politiques à des partis politiques qui ne sont pas régis par la Constitution est à la fois criminel et inconstitutionnel, et cette pratique doit cesser.

Les partis politiques sont un lieu de rencontre et d’échange d’idées pour les citoyens au niveau local. La Constitution n’accorde aux Partis démocrates et républicains aucun rôle dans la gouvernance ou dans l’élaboration des politiques.

Written by

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store